2017, l'année où la parole des femmes s'est enfin libérée

De l'éclatement de l'affaire Weinstein au mouvement #MeToo, en passant par sa version française, le hashtag #BalanceTonPorc, l'année 2017 restera celle qui a vu se libérer la parole des femmes victimes d'agressions ou de harcèlement sexuel.

M6info
Created By M6info
On 2018 M03 8
Help Translate This Item

Harvey Weinstein, l'élément déclencheur

Le 5 octobre 2017, le New York Times publie deux témoignages d'actrices accusant le célèbre producteur d'agressions et de harcèlement sexuels. Suivront des dizaines et dizaines d'autres témoignages, tous accablants pour celui qui régnait en maître sur Hollywood. Angelina Jolie, Léa Seydoux ou encore Asia Argento, toutes se sont déclarées victimes du producteur.

Le 5 octobre 2017, le New York Times publie deux témoignages d'actrices accusant le célèbre producteur d'agressions et de harcèlement sexuels. Suivront des dizaines et dizaines d'autres témoignages, tous accablants pour celui qui régnait en maître sur Hollywood. Angelina Jolie, Léa Seydoux ou encore Asia Argento, toutes se sont déclarées victimes du producteur.

La réaction #MeToo

Lancé en 2007 par la militante américaine Tarana Burke, le mouvement MeToo prend de l'ampleur après l'affaire Weinstein grâce à Alyssa Milano. L'actrice en fait un hashtag sur Twitter et encourage toutes les femmes victimes d'agressions sexuelles à raconter leur expérience.Getty Images

Lancé en 2007 par la militante américaine Tarana Burke, le mouvement MeToo prend de l'ampleur après l'affaire Weinstein grâce à Alyssa Milano. L'actrice en fait un hashtag sur Twitter et encourage toutes les femmes victimes d'agressions sexuelles à raconter leur expérience.

Avec #BalanceTonPorc, les Françaises brisent le silence

La version française de #MeToo arrive en France le 14 octobre, lancée par la journaliste Sandra Muller pour que "la peur change de camp". En quelques jours, le hashtag est repris 200.000 fois par des femmes qui dénoncent ainsi les agressions et cas de harcèlement qu'elles ont subis.Getty Images

La version française de #MeToo arrive en France le 14 octobre, lancée par la journaliste Sandra Muller pour que "la peur change de camp". En quelques jours, le hashtag est repris 200.000 fois par des femmes qui dénoncent ainsi les agressions et cas de harcèlement qu'elles ont subis.

Un numéro "anti-relous" créé, mais vite supprimé

L'idée des deux militants féministes était simple : créer un numéro de téléphone à donner aux dragueurs "lourds" pour se débarrasser d'eux. S'ils contactaient la personne, ils recevaient en retour ce genre message "si une femme dit non, inutile d’insister". Une initiative couronnée de succès puisqu'en 3 jours de fonctionnement plus de 30.000 SMS avaient été reçus. Mais le numéro a rapidement été pris d'assaut par des membres du forum JeuxVideos 18/25, ce qui a forcé les créateurs, victimes de menaces, à arrêter le service.Getty Images

L'idée des deux militants féministes était simple : créer un numéro de téléphone à donner aux dragueurs "lourds" pour se débarrasser d'eux. S'ils contactaient la personne, ils recevaient en retour ce genre message "si une femme dit non, inutile d’insister". Une initiative couronnée de succès puisqu'en 3 jours de fonctionnement plus de 30.000 SMS avaient été reçus. Mais le numéro a rapidement été pris d'assaut par des membres du forum JeuxVideos 18/25, ce qui a forcé les créateurs, victimes de menaces, à arrêter le service.

Macron interpellé dans une pétition

Getty Images

Le 4 novembre, une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins...demandent au président Macron de décréter "un plan d'urgence contre les violences sexuelles" dans une tribune publiée dans le JDD.

Parmi les signataires : Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay ou encore Zabou Breitman et Agnès Jaoui.

2018, année de la femme ?

Une loi contre les violences sexistes et sexuelles en 2018 doit être annoncée avec notamment des mesures contre le "harcèlement de rue" mais aussi sur l'égalité salariale. Le 8 mars, "une cinquantaine de mesures" tirées d'initiatives locales identifiées lors d'un "Tour de France de l'égalité", doivent être annoncées.

Une loi contre les violences sexistes et sexuelles en 2018 doit être annoncée avec notamment des mesures contre le "harcèlement de rue" mais aussi sur l'égalité salariale. Le 8 mars, "une cinquantaine de mesures" tirées d'initiatives locales identifiées lors d'un "Tour de France de l'égalité", doivent être annoncées.