Pollution dans les égouts : les cinq gestes à oublier d’urgence

Nous en sommes encore trop peu conscients, mais chaque geste du quotidien compte ! Le système de « tout à l’égout » ne signifie pas « tout dans les égouts ». Voici les cinq gestes pas écolos à oublier d’urgence.

Ma cuvette est une poubelle

Je m’interdis de mettre à la cuvette les mégots, cotons-tiges, lingettes, protections hygiéniques, préservatifs… et même les rouleaux de papier censés être biodégradables, dont l’aspect écologique est remis en cause. Le bon réflexe : je mets à la poubelle de tri ce qui peut l’être et le reste aux ordures ménagères. Le mieux ? Je me passe de lingettes, qui bouchent les canalisations, j’utilise des produits lavables et réutilisables,  j’oublie tout ce qui est à base de plastique… Et j’arrête de fumer.

Mon lavabo est une armoire à pharmacie

Faire régulièrement le placard de sa salle de bains pour enlever les médicaments non-utilisés ou périmés, c’est une bonne chose. Le problème, c’est quand on s’en débarrasse en les jetant dans le lavabo ou les WC. Même après traitement, des micropolluants se retrouveront dans l’environnement. La poubelle, c’est encore non, toujours à cause du risque de contamination. Je les rapporte donc chez mon pharmacien : ils seront revalorisés énergétiquement et éliminés proprement et je limite le risque d’intoxication.

Ma douche est une piscine

Mon évacuation de douche ou de baignoire, je dois la bichonner. Régulièrement, je récupère ce qui peut s’y trouver, notamment des cheveux et des matières organiques, et hop, à la poubelle. J’évite ainsi qu’elle se bouche. Et si c’est quand même le cas, pas de panique. Pas besoin d’investir dans une multitude de produits ménagers toxiques. Du bicarbonate de soude, du vinaigre blanc, de l’eau chaude, et le tour est joué. De manière générale, je choisis des produits ménagers naturels, respectueux de l’environnement et biodégradables.

Mon évier est une friteuse

Quand je change l’huile de ma friteuse, je me garde bien de l’évacuer via l’évier : je verse l’huile usagée dans une bouteille que j’emmène à la déchetterie. Sachez que les huiles et graisses colmatent les canalisations, les égouts, ce qui va diminuer l’efficacité des stations d’épuration, et donc augmenter la pollution de l’eau. En adoptant le bon geste, je protège donc le milieu dans lequel l’eau est rejetée une fois épurée.

Mon garage est une déchetterie

On a tendance à stocker une montagne de choses dans un garage, alors qu’elles peuvent être hautement toxiques. J’élimine donc les produits chimiques dangereux une fois que je les ai utilisés : les peintures, solvants, huile de vidange, engrais, pesticides… Et je les apporte à la déchetterie pour qu’ils soient traités et éliminés correctement après un traitement spécifique.