Baignades naturelles : il est temps de se jeter à l’eau

Se baigner dans des eaux bleues n’est plus tendance, place au vert écolo ! Aujourd’hui, les piscines, plans d’eau et bassins se veulent 100% naturels. Dangereux pour la peau ? Trop chers ? Risqués ? Eléments de réponse à travers ces cinq affirmations.

La tendance à la baignade biologique date d’une dizaine d’années

Faux. C’est plus ! La commune de Combloux, en Haute-Savoie, a inauguré la toute première baignade biologique de France en juillet 2002. D’une surface de 1500 mètres carrés, elle demande un entretien du bassin exemplaire et nécessite un accès limité : pas plus de 700 personnes par jour.

La température de l’eau dans les bassins naturels est plutôt élevée

Faux. Dans les bassins naturels, l'eau ne peut dépasser les 24°C, étant donné qu’une température plus élevée mettrait à mal l'écosystème et favoriserait la prolifération des bactéries. Or, sachez que la température jugée idéale pour se mettre à l'eau et de dix degrés inférieure à celle du corps, ce qui correspond à 27°C. 

Les piscines naturelles sont beaucoup plus chères que les piscines au chlore

Faux. La construction d’une piscine naturelle coûte en moyenne 15% à 20% plus cher qu'une piscine classique en raison de la construction d’une zone de filtration où vous disposerez des plantes qui filtrent l’eau. Elle consomme également plus d’électricité puisque la pompe naturelle doit fonctionner en continu. On pourra compenser ces investissements en économisant sur l’achat de produits d’entretien, devenus inutiles. 

Les piscines naturelles privées sont exonérées de taxes foncières

Vrai. La piscine naturelle est exonérée de taxe foncière et de taxe d’habitation en raison d'un vide juridique, aucun texte de loi ne reconnaissant les piscines naturelles en tant que telles –hormis en ce qui concerne leur sécurité sanitaire. Elles ne sont ni des piscines classiques, ni des baignades aménagées -comme les plans d’eau, lacs ou étangs : elles sont assimilées à des ornements de jardin. Ce flou administratif profite pour l’heure aux particuliers. Pour en bénéficier, soyez bien attentif à la dénomination « piscine écologique » lorsque vous la déclarerez en mairie.

Les piscines naturelles privées sont dispensées de dispositifs de sécurité

Vrai. Le flou juridique cité plus haut concerne également la sécurité des bassins. Pour rappel, depuis 2004, tous les particuliers qui ont ou qui vont faire construire une piscine enterrée ou semi-enterrée sont dans l’obligation d’installer un des quatre dispositifs de sécurité homologués en France : abri, alarme, barrière ou volet couvrant. Si cette législation ne concerne pas les piscines naturelles, il est tout de même préférable d’adopter l’un de ces dispositifs afin d’assurer la sécurité des enfants et des autres membres de la famille.